Roland COURTEAU veut redistribuer les superprofits des compagnies pétrolières

facebooktwittergoogle_pluslinkedin
Senat

Le Sénateur Roland COURTEAU vient de demander au Ministre de l’Economie et des Finances, l’instauration d’une taxe exceptionnelle, sur les bénéfices réalisés par les diverses compagnies pétrolières.

Dans son intervention, le Sénateur audois fait remarquer que « si la hausse des cours du pétrole a permis aux compagnies pétrolières d’engranger des bénéfices considérables, depuis ces trois dernières années, elle a cependant grevé, le budget des consommateurs et amputé leur pouvoir d’achat. »

Roland COURTEAU évalue à 9 et 12 milliards d’euros les profits de la principale compagnie française réalisés en 2004 et 2005 (soit 31 %) d’augmentation et estime qu’ils s’élèveront aux environs de 15 milliards d’euros en 2006.

« De tels superprofits reposent, sur un effet d’aubaine et constituent une rente de situation pour les actionnaires…, tandis que 24 millions de ménages supportent, avec les agriculteurs, transporteurs routiers et marins pêcheurs, la hausse du prix de l’essence et du fioul », souligne le Sénateur.

A l’appui de sa demande, d’imposer une contribution exceptionnelle, sur les bénéfices des compagnies pétrolières, le Sénateur fait remarquer que d’autres pays, comme la Grande Bretagne, ont récemment doublé la taxation des profits pétroliers, tandis que les Etats-Unis s’apprêtent à mettre en place des mesures semblables au bénéfice des consommateurs.

Selon le Sénateur, le produit de cette taxe pourrait être affecté à deux objectifs principaux. « D’une part, il permettrait d’investir dans le développement des transports collectifs, et dans la recherche publique, sur les énergies alternatives au pétrole et sur les énergies renouvelables…D’autre part, une partie pourrait aussi être redistribuée, permettant ainsi d’offrir aux usagers, une réduction des prix des produits pétroliers… Le reliquat pour l’entreprise, soit plus de 6 milliards d’euros devrait être largement suffisant pour couvrir les besoins d’investissements. »