ONU : l’IVG remise en cause pour les femmes victimes de viol en temps de guerre

facebooktwittergoogle_pluslinkedin

femmes IVG ONULe Sénateur de l’Aude, Roland COURTEAU, vient d’exprimer sa consternation, auprès du Gouvernement (Premier Ministre et Ministre des Affaires Etrangères), suite à la suppression, dans une résolution adoptée par le Conseil de Sécurité de l’ONU, « de toute mention du droit à l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG), pour les femmes victimes de viol en temps de guerre ».

Selon les informations dont dispose le sénateur, le représentant des Etats Unis serait bien à l’origine de « cette initiative scélérate ».

« En effet, si le texte voté, encourage bien les autorité nationales à renforcer la législation visant à amener les auteurs de violences sexuelles à répondre de leurs actes (…), par contre, aucune disposition ne fait référence à l’accès à l’IVG, suite à un viol, en temps de conflit ».

Roland COURTEAU demande donc, au Gouvernement, d’engager toutes actions, face à un texte « qui va à l’encontre, selon l’ambassadeur français à l’ONU, de 25 années de progrès pour les droits des femmes dans des situations de conflit armé ».