Petit déjeuner collectif et gratuit à l’école

facebooktwittergoogle_pluslinkedin

petit dejeuner à l'écoleRoland Courteau avait alerté la ministre des solidarités et de la santé sur le comportement alimentaire des élèves en début de journée, qui selon une étude du CREDOC, sont près de 30 % à arriver le ventre vide à l’école le matin, avec pour conséquences une fatigue accrue et des problèmes de concentration, d’attention et de réactivité.
En réponse au sénateur audois qui sollicitait l’instauration d’un petit déjeuner collectif et gratuit à l’école, la ministre a fait savoir qu’au titre du plan national de lutte contre la pauvreté, « la tarification de la cantine plus accessible, à 1 euro dans les communes de moins de 10 000 habitants ; la mise en place d’une tarification sociale s’inscrivent dans l’objectif de garantir à tous un accès à l’alimentation ». La ministre a par ailleurs indiqué que « cette compétence relève des collectivités territoriales avec lesquelles une concertation doit être engagée avec l’Etat« .
En complément, celle-ci a précisé au sénateur qui l’interrogeait également la surexposition des enfants issus de milieux fragiles qu’ « un fonds « petits déjeuners », de 12 M€ par an, au bénéfice de territoires prioritaires (écoles situées en REP+ ou à proximité d’un QPV) devrait concerner environ 85 000 enfants par an, avec une mise en œuvre du programme prévue pour 2019 ».