CLIMAT ET SECURITE ALIMENTAIRE : COURTEAU TRADUIT EN ANGLAIS

facebooktwittergoogle_pluslinkedin

rc opecstLa note scientifique produite par le Sénateur Roland Courteau, dans le cadre des travaux de l’Office Parlementaire (OPECST), intitulée « stocker plus de carbone dans les sols : un enjeu pour le climat et pour la sécurité alimentaire » vient d’être également traduite en anglais.
Dans ce document, Roland Courteau, Vice-Président de l’OPECST (Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques) explique que « stocker plus de carbone dans les sols à hauteur de seulement 4 pour mille, présente l’intérêt majeur, d’une part, de compenser les émissions anthropiques de CO2 et d’autre part, de renforcer la sécurité alimentaire par la fertilisation des sols (particulièrement dégradés aujourd’hui). »
Le sénateur audois rappelle que 281 partenaires (Etats, collectivités, organismes de recherche, ONG…) sont d’ores et déjà regroupés dans le cadre de l’initiative internationale « 4 pour mille » lancée par l’ancien Ministre Le Foll.
Roland Courteau propose plusieurs recommandations au niveau national et international afin d’éclairer les mesures à mettre en œuvre et les pratiques favorables au stockage du carbone.
Précisons que selon lui, l’INRA, l’ADEME et ARVALIS rendront un rapport en fin d’année, sur les pratiques agricole et sylvicoles adoptées et sur l’évaluation de leur coût.
Parmi les suggestions avancées par le sénateur, la construction d’une PAC incitative au stockage de carbone, dans les sols.
« Au regard du stockage possible au sein de l’UE (115 millions de tonnes par an et sur la base d’une rémunération de 30 euros la tonne aux agriculteurs, le coût de 3,5 milliards représenterait 6% seulement des 56 milliards annuels du Budget de la PAC ».

Retrouvez la note sur le site de l’OPECST http://www.senat.fr/fileadmin/Fichiers/Images/opecst/quatre_pages/OPECST_2018_0012_note_stockage_carbone_sols.pdf