Discrimination à l’égard du vin : Courteau demande à la ministre de respecter la loi

facebooktwittergoogle_pluslinkedin

vin Dans une intervention auprès de la Ministre des solidarités et de la santé, le Sénateur Roland Courteau demande que « toutes instructions soient données pour que les dispositions fixées par la loi, en matière de campagnes de prévention de l’alcoolisme, soient bien respectées et ne soient pas stigmatisantes à l’égard d’un seul produit : le vin »

Si pour le Sénateur audois, les campagnes d’information menées dans le cadre de la lutte anti-alcoolique sont particulièrement nécessaires, (car l’alcoolisme est un fléau), il lui parait tout aussi nécessaire qu’elles ne soient pas discriminantes à l’égard du vin.

Or, selon lui, la dernière campagne établit un lien direct entre le vin et le cancer, par l’entremise de l’image du tire-bouchon, alors qu’elle ne fait nulle référence à aucune autre boisson alcoolique : (ni verre avec de la mousse, ni telle ou telle eau de vie de grain, etc…)

Pour Roland Courteau, une telle campagne contrevient aux dispositions de la loi (article L3311-3 du code de la santé, initié par la loi du 10.01.91 et modifié par la loi de janvier 2016), lesquelles stipulent notamment, que « les messages de prévention et d’éducation présentés dans le cadre de ces campagnes d’information ne doivent pas comporter de caractères discriminatoires entre les différents produits… »

Et le sénateur de rappeler à la Ministre qu’en 50 ans, la consommation de vin a baissée de 60 % en France.

« Peut-on m’indiquer, par ailleurs, qu’elle est la part du vin dans l’alcoolisme du samedi soir, ou dans les consommations excessives d’alcool de certains jeunes ou… dans l’alcoolisme mondain ? »