Conférence de Paris des parties de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques

facebooktwittergoogle_pluslinkedin

Roland COURTEAU a demandé à Ségolène ROYAL, Ministre de l’environnement, de l’Énergie et de la mer, chargée des relations internationales sur le climat, quelles initiatives étaient entreprise pour consolider la crédibilité de l’accord de Paris, lors de la COP21, notamment au travers du prix du carbone. Il lui a aussi demandé quel était son sentiment concernant les ENGIE et EDF, dont l’Etat français est actionnaire ; deux entreprises qui sont notamment propriétaires de centrales à charbon à l’étranger.

Dans sa réponse, la Ministre a précisé à Roland COURTEAU qu’elle tenait à ce qu’un prix du carbone soit mis en place afin d’orienter les investissements des entreprises. Elle note aussi que le Gouvernement soutien la coalition pour le prix du carbone à l’échelle internationale. De plus, le Gouvernement promeut la réforme du marché des quotas carbone européen et il a également introduit une composante carbone dans la fiscalité. Enfin, la mise en œuvre, au niveau national, d’une mesure de prix plancher du carbone pour la production d’électricité, est elle aussi prévue.

Concernant EDF et ENGIE, Ségolène ROYAL fait savoir que ces entreprises ont pris d’importants engagements en cessant d’investir dans le charbon d’une part, et d’autre part, en renforçant leurs investissements dans les énergies renouvelables.

Voir réponse complète sur : https://www.senat.fr/questions/base/2015/qSEQ151018185.html/