Un an après la loi Transition Energétique : premier bilan pour R. Courteau et M.H. Fabre

facebooktwittergoogle_pluslinkedin
Roland

A l’occasion du premier anniversaire de la loi Transition Energétique (promulguée le 17 août 2015 et initiée par Ségolène Royal), le Sénateur Roland Courteau et la Députée Marie-Hélène Fabre, ont fait un premier bilan de son application en leur qualité de Président et Vice-Présidente du Conseil Supérieur de l’Energie (organisme obligatoirement consulté sur les projets de décrêts et d’arrêtés relatifs à l’énergie).

La permanence Parlementaire en a extrait quelques extraits :

En premier lieu, est-il précisé par les deux parlementaires « la quasi-totalité des textes d’application, sont déjà publiés. »

C’est important, indiquent-ils car l’enjeu porte sur la création de 100 000 emplois,
non délocalisables, en trois ans.

« L’emploi a déjà progressé, dans le secteur de la rénovation énergétique des bâtiments, grâce à un dispositif d’aides efficaces pour lutter contre les « logements passoires », font-ils remarquer (Crédit d’impôt, écoprêt à taux zéro cumulables, sociétés de tiers financement, etc…)
Et de relever également la mise en place d’un dispositif exceptionnel de 1,5 milliards d’euros par la Caisse des Dépôts, pour financer à taux zéro, la rénovation des bâtiments des collectivités, des universités et de santé.
Si Roland Courteau et Marie-Hélène Fabre soulignent les différentes réformes en cours avec la lutte contre la précarité énergétique, la création du chèque énergie, la stratégie bas carbone, le soutien à l’achat de véhicules électriques ou encore l’interdiction des sacs plastique à usage unique, ils insistent également sur le développement de la méthanisation et l’appel à projets de 1500 méthaniseurs en trois ans. Avec l’objectif de multiplier par 7 la production thermique à partir du BIOGAZ.

-TEPOS-

« Aujourd’hui près de 400, les territoires à énergie positive (TEPOS) pour la croissance verte seront bientôt 500 et couvrent les deux tiers de la population » insistent-ils.

« Leurs chantiers représentent déjà plus de 500 000 tonnes de C02 évitées, sur un an, plus
de 220 000 Mwh d’énergie économisée et de nombreux emplois créés. »

A noter également les 153 Territoires Zéro déchet, zéro gaspillage (240 000 tonnes de
déchets évitées par an).

Toujours selon les deux élus, le décret relatif au développement des énergies renouvelables devrait permettre de doubler la puissance installée de l’éolien terrestre, de tripler celle du photovoltaïque et d’accélérer le développement des filières bois-énergie…
« Quant à l’éolien flottant, doté de 150 millions d’euros, il a d’ores et déjà permis de retenir
plusieurs projets de fermes pilotes, dont celle prévue au large de Gruissan ».

« Tous les outils, ou presque, sont en place pour améliorer compétitivité, emploi et pouvoir d’achat et contribuer à préserver ce bien public mondial qu’est le climat »… concluent les deux parlementaires.

A noter précisent-ils,
« Dans l’Aude, la filière éolienne (342 MW) génère 70 millions d’euros de chiffres d’affaires et 4 millions de recettes fiscales (…)
La région LRMP, avec 1038 MW éoliens installés, représente 10% du parc national. »