Viticulture : des pistes pour le présent et l’avenir

Classé dans : Communiqués, Rapports, Territoire Audois | 0
facebooktwittergoogle_pluslinkedin
Roland Courteau

Lors de la réunion du « changement » qui s’est tenue à Peyriac Minervois, j’ai effectivement annoncé que, dans le cadre de la campagne et en liaison avec Jean Claude PEREZ et l’ensemble des parlementaires audois, nous souhaitions faire passer des messages concernant les mesures que devrait annoncer Ségolène ROYAL.

Face à la désinvolture du pouvoir actuel et des candidats qui en sont issus et qui souhaitent laisser le soin à la crise de faire « le sale boulot », en rayant de la carte des dizaines de milliers d’hectares, un certain nombre de propositions pourraient être annoncées.

* Tout d’abord, dans les six mois qui suivront l’élection de Ségolène ROYAL, seront organisées les Assises de la Viticulture.

Dans ce cadre, devront émerger les dispositions à mettre en œuvre, en étroite concertation avec la profession.

Au-delà des mesures qui en seront issues, l’on peut indiquer quelques autres dispositions à mettre en place :

* Un volet social, avec allègement des charges…, mise en place des pré-retraites, etc…

* La revalorisation de l’image du vin en liaison avec la nécessaire promotion de ce produit. Il faut mettre un terme à cette diabolisation du vin qui ne cesse de se développer et qui est injuste et stupide. Il faut associer la valorisation du vin à une consommation modérée et responsable.

* Le développement de nos exportations doit être, également prioritaire alors que la consommation de vin, dans le monde, augmente de 1 % par an. Elle sera, en 2010, égale à + 20 % aux Etats-Unis, + 35 % en Chine, + 33 % en Russie….

* La restructuration de nos entreprises s’impose également, afin de faire émerger des pôles commerciaux puissants.

* De même il conviendra de réviser la segmentation, afin d’obtenir, une plus grande lisibilité et de créer quelques espaces de liberté, afin de répondre aux attentes des consommateurs.

* Le principe d’une table ronde par an, regroupant, producteurs, interprofessions, négociants, grande distribution devra être retenu. Il s’agit d’aller vers une meilleure garantie de la rémunération des producteurs.

* De même, devra être lancée une nouvelle génération de CTE (Contrats Territoriaux d’Exploitation).

* Il s’agit là de quelques points principaux… Mais il conviendra aussi d’être vigilant par rapport à la réforme de l’O.C.M. Vin…

Sur ce point, nous avons déjà fait remonter les principales préoccupations de la profession pour une réforme que nous voulons « nettement offensive » au niveau européen.