Vin et santé : Roland Courteau et Raymond Courrière alertent les députés européens

Classé dans : Communiqués, Vin et Patrimoine | 0
facebooktwittergoogle_pluslinkedin
Roland Courteau et Raymond Courrière

Une proposition de règlement du Parlement Européen et du Conseil inquiète les sénateurs Roland COURTEAU et Raymond COURRIERE, qui redoutent « qu’elle ne conduise, à terme, à interdire toute communication ou tout programme d’information sur la consommation du Vin ».

C’est en tout cas la crainte qu’ils viennent d’exprimer, en s’adressant, d’une part au Ministre de l’Agriculture, mais également à plusieurs parlementaires européens, en leur demandant « de s’opposer à certaines dispositions d’un projet de règlement européen, sur les allégations nutritionnelles et de santé portant sur les denrées alimentaires ».

Selon les deux sénateurs, alertés, récemment, par les « vignerons coopérateurs audois », le texte « propose d’encadrer strictement l’utilisation de ces allégations pour l’étiquetage et la présentation de denrées alimentaires, ainsi que la publicité faite à leur égard. ».

De ce point de vue, indiquent R COURTEAU et R. COURRIERE, « on ne peut que souscrire à l’objectif poursuivi…., » mais par contre, soulignent-ils « en prévoyant, notamment, l’interdiction pure et simple de telles allégations pour les boissons alcoolisées titrant plus de 1,2% d’alcool, l’on met, une fois de plus le produit VIN au banc des accusés ».

Ce qui, pour les sénateurs audois est d’autant plus intolérable, que dans leur récent rapport sénatorial, sur l’avenir de la viticulture française, ils insistent auprès des pouvoirs publics « sur la nécessité, pour la filière viti-vinicole de communiquer sur les aspects positifs d’une consommation régulière, mais modérée du vin ».